Via Garibaldi, un voyage au cœur du site UNESCO Palais des Rolli et les Strade Nuove (Rues Neuves)

Faire un plongeon au cœur de l’histoire, dans un lieu où le temps semble s’être arrêté entre palais majestueux et jardins luxueux, c’est aller voir Via Garibaldi qui, avec sa richesse architecturale et son effet impressionnant, est une des principales rues de Gènes et une des plus grandes du centre historique. A l’origine strada Maggiore, puis strada Nuova, jusqu’au XIX siècle elle  était connue sous le nom de via Aurea. Enfin, en 1882, elle fut intitulée à Giuseppe Garibaldi.
 
En se promenant Via Garibaldi, on apprécie la beauté antique de cette merveilleuse ville à travers les élégants palais des riches aristocrates génois. A partir de la moitié du XVI siècle, Gênes s'enrichit de magnifiques façades décorées de stucs, de marbres ou peintes, de vestibules grandioses, de magnifiques jardins ornés de fontaines et de nymphes; à l’intérieur : de grands salons décorés de fresques, du mobilier somptueux, des collections précieuses et de riches tableaux. Ces demeures luxueuses n’échappent pas au regard d’un artiste raffiné comme le célèbre peintre flamand Pieter Paul Rubens qui, au début du XVII siècle publie un recueil de dessins des palais qu’il propose comme modèle d’habitation pour la noblesse européenne.
 
La qualité de l'architecture et des  décorations des palais de Gènes ainsi que l'attention de Rubens sont autant d’éléments pour lesquels, en 2006 “Les Strade Nuove (Rues Neuves) et le système des Palais des Rolli” ont été inscrits au Patrimoine de l’Humanité de l'UNESCO.
 
Dans le cadre magnifique de la via Garibaldi, s’est installé le précieux pôle des Musées de Strada Nuova, qui relie trois importants palais génois: Palais Doria Tursi (Palais Grimaldi Niccolò), dont la partie musée est temporairement fermée pour des travaux de restauration, qui, non seulement fait partie des Palais des Rolli mais est aussi le siège de l’administration communale de Gènes et conserve le violon appartenu à Paganini; Palais Bianco (Palais Grimaldi Luca) dans lequel on peut admirer de véritables chefs-d’œuvre de Caravaggio et de nombreux artistes de la peinture génoise, italienne et européenne; Palais Rosso (Palais Brignole Sale Rodolfo e Francesco), momentanément fermé pour rénovation, est orné de fresques des plus grands peintres ligures du XVII siècle et possède du mobilier précieux.
 
Dans la « via », on pourra aussi admirer le Palais Lomellino Niccolosio (Palais Podestà), restauré à l’occasion de la manifestation : Gènes-Capitale Européenne de la Culture en 2004 (Il abrite aussi d’importantes expositions) et le Palais Pallavicini Tobia, siège de l’actuelle Chambre de Commerce.
 
Mais d’où vient le mot « Rolli »? Les Rolli de Gènes étaient, à l’époque de la République, des listes  des palais et des plus belles demeures des familles nobles qui hébergeaient, à tour de rôle, les visites officielles; en fonction du rang de l’hôte en visite, on choisissait un palais pour l’accueillir: plus le niveau de noblesse de l’hôte  était élevé, plus luxueux devait être le palais et plus riche la famille qui avait l’honneur et le devoir de le recevoir.
 
Deux fois par an, au printemps et en automne, Gènes célèbre ses palais avec l’évènement Rolli Days: week-ends pendant lesquels  ces édifices ouvrent leurs portes et montrent au public tous leurs trésors.
 
Se promener dans cette rue, lever les yeux et admirer la majesté et la beauté de ces édifices qui, pendant des siècles, ont conservé de précieuses œuvres d’art et que nous pouvons encore aujourd’hui admirer, nous fait remonter le temps et vivre quelque chose d’unique en son genre. Par ailleurs, rappelons-le Gènes est précisément cela : une ville qui surprend.

Informations utiles