Niccolò Paganini

Niccolò Paganini, violiniste, compositeur et guitariste, fut l’un des personnages les plus importants du panorama musical italien du XIXe siècle. Il est considéré comme l’un des plus grands virtuoses du violon qui ait jamais existé, tant pour sa maîtrise de la technique que pour les nouveautés qu’il apportât, et notamment le staccato et le pizzicato.

Né à Gênes le 27 octobre 1782, originaire d’une modeste famille de Carro du Val de Vara (SP), il fut initié à la musique par son père, qui lui enseignât d’abord la mandoline puis le violon. Dès l’âge de 12 ans, Paganini jouait dans les églises et les théâtres de Gênes. À 14 ans, son père l'emmenât étudier à Parme, un séjour au cours duquel il reçut en cadeau le violon Guarnieri (aujourd’hui conservé au palais Tursi). Vers l’âge de 20 ans, il étudia plus à fond la guitare, devenant là aussi un virtuose et un compositeur avec cet instrument.

Grâce à son habilité surprenante, il tint de nombreux concerts dans plusieurs villes d’Italie, remportant un succès extraordinaire et créant autour de sa personne, un véritable mythe. En 1828, il joua à Vienne, devant l'empereur François II qui le nomma “Virtuose de chambre”. Ses nombreux concerts l’emmenèrent ainsi dans les principales villes du nord de l'Europe. 


De santé précaire pendant une bonne partie de son existence, les premiers symptômes d’une grave tuberculose se présentèrent en 1834 et lui provoquèrent de grandes souffrances. Il décéda à Nice le 27 mai 1840.

Dans salle Paganiniana du Palais Tursi de Gênes, est exposé le célèbre violon réalisé par Guarneri del Gesù en 1743 qu’il appelât affectueusement “mon canon-violon” à cause de la puissance de son son. Dans son testament, Paganini laissât son “Cannone” à sa ville natale, Gênes, afin qu’”il y soit perpétuellement conservé”.

La salle paganiniana accueille également la copie du “Cannone”, réalisée en 1834 à Paris par Jean-Baptiste Vuillaume (1798-1875), ensuite cédée par Paganini à son élève Camillo Sivori (1815-1894). À sa mort, les héritiers de Sivori firent don de l’instrument à la ville de Gênes. Dans la salle sont également exposées d’autres reliques ayant appartenu à Paganini.

La Casa Paganini se trouve sur la place de S.Maria in Passione, un lieu qui n'est que la commémoration de la demeure du musicien génois, puisque sa maison natale fut détruite dans les années 70. Aujourd’hui Casa Paganini est un Centre international d’excellence, géré par l’université de Gênes. 

Informations utiles