Basilique et couvent de Santa Maria di Castello

La basilique de Santa Maria di Castello, en plein cœur historique de la ville, est certainement l’une des plus suggestives de Gênes. La basilique romaine, avec le couvent et le musée adjacents, représente un ensemble monumental d’une très grande importance. Parfait exemple d'architecture romaine renfermant des chefs d'œuvre inestimables de toutes les époques, ce site sacré est unique en son genre en raison de son emplacement, puisqu’il se situe sur le premier site où s’implanta la ville, légèrement à l'abri au-dessus du vieux port.

Visite

La façade de l’église et son clocher sont un exemple d’architecture romane qui à Gênes fut apportée par les maîtres antélamiques, constructeurs et tailleurs de pierres d’origine lombarde. Une architecture qui se caractérise entre autres par la réutilisation des matériaux récupérés sur les ruines d'architecture romane. C’est le cas du cadre en marbre orné de feuilles et de griffons, recontextualisé de façon magistrale comme architrave du portail d’entrée ou des dix colonnes et des quinze chapiteaux à l’intérieur de l’église que nous pouvons aujourd’hui admirer dans toute sa splendeur du XVIIIe siècle mais qui conserve encore le plan à trois nefs de la basilique romane.

Les voûtes et les chapelles latérales conservent une série précieuse de tableaux et fresques d’artistes de l’école génoise, entre autres : Bernardo Castello, Aurelio Lomi, Grechetto, Giovanni Mazone, Domenico Piola, Luciano Borzone, Giovanni e Giovan Battista Carlone, Andrea Semino, Giovan Battista Paggi; sans oublier naturellement les sculptures et les reliefs réalisés entre autres par les artistes Leonardo Riccomanno, Filippo et Anton Domenico Parodi.

Dans le premier cloître décoré de fresques, nous pouvons admirer l’Annonciation, un chef d'œuvre de la Renaissance réalisé en 1451 par Giusto da Ravensburg.

Le musée de Santa Maria di Castello, qui occupe l'ancien couvent autour des trois cloîtres, renferme des tableaux de Ludovico di Brea, des manuscrits enluminés, des fresques du XVe siècle, une superbe collection d’icônes russes et de nombreux autres chefs d'œuvre.

Histoire

Santa Maria di Castello se trouve sur le site préroman où furent élevées les premières fortifications de la ville, suivies par d’autres fortifications romanes et byzantines puis par la construction du palais épiscopal, entre le IXe et le Xe siècle, représentant ainsi pendant des siècles le siège et le symbole du pouvoir militaire et religieux de la ville.

C'est là qu’en 658, le roi lombard Aripert aurait fait construire un premier lieu de culte que les maîtres architectes ont ensuite reconstruit au début du XIIe siècle sous les formes d’une basilique romane.

Vers la moitié du XVe siècle, l’église passa entre les mains des Dominicains et devint un lieu de référence pour les humanistes et les écrivains; entretemps le couvent avait continué de se développer, entre ajouts et démolitions, et disposait dès la moitié du XVIe siècle de trois cloîtres encore visibles de nos jours.

Au cours des récents travaux de restauration, la décoration romane de la contre-façade ainsi que d’autres éléments ont été savamment récupérés, renforçant ainsi l'aspect médiéval de ce lieu sacré unique.

Informations utiles